Et hop un nouveau texte !

Encore un texte sur la prison ! Rassurez vous mon horizon ne va pas se limiter à ça ! Mais je n'ai pas pu résister à m'approprier ce beau poème écrit par Verlaine en prison, suite à un acte désespéré : peut être par ce que cela aurait pu m'arriver ?

Je me le suis approprié cette fois non pas en le rallongeant mais en le condensant sous forme de haïku, c'est à dire en trois courts vers ... A vous de voir si je ne l'ai pas dénaturé ! ( ce n'est pas un haïku pur question nombre de syllabes : je ferrai mieux la prochaine fois !)

Si vous ne connaissez pas l'original je vous mets un lien vers "le ciel est par dessus le toit" avec, en prime, une analyse du texte et son contexte. Un conseil d'esthète : lisez le poème plusieurs fois (en sachant qu'il a été écrit en prison) avant d'intelectualiser votre approche par l'analyse ( fort intéressante au demeurant).

Bonne lecture de ma version dans le message ci-dessous